Page 1 sur 1

Référence N°135

MessagePublié: Mar 03/Sep/2013 18:59
par Synergologie.Org
Trois conditions obligatoires pour une science autonome du langage corporel

Une science du langage corporel semblait ne pouvoir jamais émerger tant est imprégnée dans les esprits, l'idée que le langage des gestes accompagne le langage des mots, que l'esprit accaparé par les mots instrumentalise le geste. Une science du geste ne pouvait donc être au mieux qu'une technique ou à la rigueur une méthode permettant de retrouver le lien entre le mot et le geste qui l'accompagne. Or la compréhension renouvelée du rôle du langage corporel grâce au mouvement général produit par les neurosciences dans tous le champ de la connaissance permet de comprendre d'abord qu'il est possible de se comprendre sans se parler, qu'il est possible, ensuite, de penser sans l'aide du langage verbal. Enfin et surtout que l'action du corps précède la conscience dans l'action. Ces trois conditions remplies semblent démontrer à elles seules, qu'une science du langage corporel précède nécessairement toute science humaine reposant sur des mécanismes verbaux, car c'est le corps qui engage les mots, prépare leur jaillissement et non l'inverse en interaction.

Re: Référence N°135

MessagePublié: Mer 20/Nov/2013 11:31
par francois
Comment peut-on parler de science autonome dans un univers dans lequel toute les connaissances se constituent de façon de plus en plus interdisciplinaire, l'internet renforçant lui-même encore cette réalité là ?

Re: Référence N°135

MessagePublié: Mer 27/Nov/2013 10:22
par synergologue
Votre question est une question judicieuse. Et effectivement posée comme ça , elle semble répondre à la loi du bon sens.
Mais il ne faut pas mélanger deux choses, la validité interne et la validité externe permettant la construction d'objets par les disciplines.
La validité interne doit permettre de dégager un objet, le langage corporel et de tenter de construire un ensemble de théories qui permettent de montrer que cet objet est bien un objet digne d'être observé de manière scientifique, que la production des connaissances est cohérente.
Il s'agit ensuite de montrer que cet objet peut être croisé avec les constructions présentes dans d'autres champs et que cet objet à travers la discipline dans laquelle il se construit, peut dialoguer et enrichir d'autres champs.