Page 1 sur 1

Référence N°132

MessagePublié: Mar 03/Sep/2013 18:59
par Synergologie.Org
Le tempi de l'émotion (P.I.T) : un temps anthropologique et deux temps ethnologiques

Trois moments de l'émotion sont distingués en synergologie, le moment du percept, celui de l'intégration de ce percept et celui de la transmission de l'émotion sur une base corporelle (P.I.T). Cette distinction devrait permettre d'éviter un certain nombre des débats sur la nature universelle ou culturelle des émotions.
1. Le moment de l'intégration est un moment éminemment ethnologique, dépendant du statut de ce percept dans une culture donnée.
2. Le second moment dit d'intégration, un moment universel ou anthropologique.
3. Le troisième temps, celui de la transmission, un moment culturel dépendant du statut des émotions dans la société en question.
Le moment sur lequel insiste la synergologie est le second moment, celui de l'intégration, c'est-à-dire de la forme que prend l'émotion sur le visage et le corps. On dit des émotions qu'elles sont universelles, parce que c'est ce second temps de l'émotion qui est mis en exergue en synergologie.

Re: Référence N°132

MessagePublié: Mar 31/Déc/2013 21:48
par Geronimo
Pourriez-vous un peu mieux expliciter ces trois temps s'il vous plait, et nous dire en quoi ils sont universels ou non car ça ne me semble pas très clair.
Au plaisir de vous lire.

Re: Référence N°132

MessagePublié: Lun 24/Fév/2014 21:13
par synergologue
Un débat se trouve posé d'emblée lorsqu'on parle du langage corporel, celui de son universalité.
Premier temps : Les percepts qui font naitre les émotions sont culturels :Un papou et un esquimau ne ressentiront en effet pas les mêmes émotions face à la neige qui tombe .
Troisième temps Et les émotions ne sont pas transmises de la même manière. Les gestes d'un italien et ceux d'un anglais n'auront pas la même amplitude ni même la même fréquence (transmission).

Alors comment parler d'universalité dans ces conditions ?
Simplement, parce que les émotions inscrites subrepticement sur la visage et le corps, marqueront celui-ci indifféremment d'une culture à une autre. Mal à l'aise, nous rougissons quelque soit le pays ou la culture dans laquelle nous sommes insérés. Nos pupilles se dilatent lorsque nous sommes excités... et ces réalités là sont indépendantes des contrées dans lesquelles nous vivons.

Il convient de dire également que le langage corporel est un langage émotionnel, certes mais que ce langage est aussi un langage relationnel...et un langage cognitif...

Plus clair ?

Re: Référence N°132

MessagePublié: Dim 25/Mai/2014 13:22
par agape
Quelle différence faites-vous entre un langage cognitif et un langage émotionnel du point de vue du langage corporel.
En fait cette différence est-elle si importante que ça selon vous ?

Re: Référence N°132

MessagePublié: Lun 26/Mai/2014 16:43
par synergologue
Bonjour Agape,

Oui cette différence est fondamentale.
L'état de nos émotions traduit l'état de notre sincérité/fausseté en interaction.
L'état de nos relations traduit l'état de notre authenticité/inauthenticité en interaction.
La cognition (considérée comme la manière de penser) traduit l'état de la vérité/mensonge en interaction.

Exemple : Si un parent proche âgé vous dit que s'Il contractait une maladie grave à son âge, il aimerait mieux ne pas le savoir... Le jour ou vous apprenez qu'il a une maladie grave et prenez la décision de ne pas lui dire, vous êtes menteur certes, mais êtes vous inauthentique pour autant....?

Ne pas distinguer ces trois niveaux de lecture lors de nos interactions dénature nos observations et nous conduit à nous tromper dans l'identification de la vérité/mensonge....

Ça marche ?