Page 1 sur 1

Une histoire capilo-tractée...

MessagePublié: Lun 22/Jan/2018 16:27
par Kiyomaro
Bonjour,

Voilà je suis un homme et j'aimerai vos avis pour savoir si je plais à une collègue de travail récemment arrivée là où je travaille.

Elle a une dizaine d'année de moins que moi, elle est belle, c'est un vrai rayon de soleil, elle a un magnifique sourire et mon cœur se réchauffe en sa présence.

Au début elle me vouvoyait, alors que je la tutoyais : je pense que c'est normal vu la différence d'âge et malgré notre position hiérarchique équivalente au sein de la société. En revanche, ce que je trouve bizarre, c'est qu'une fois lui avoir demandé de me tutoyer, elle a refusé en faisant non de la tête, légèrement inclinée vers l'avant, bras le long du corps, mains jointes. J'ai gentiment insisté en sortant une phrase du genre : « Ah, j'ai pas le droit à un tutoiement », et là elle m'a tutoyé. Elle n'a pourtant pas l'air timide, je dirai même qu'elle a l'air d'une personne très sociable.

Quelques semaines après son arrivée, je la rencontre à la terrasse d'un café avec un autre collègue. C'est elle qui m'a vu et m'a interpellé, m'invitant à les rejoindre. Nous entamons la conversation, et là, elle me demande si je suis marié et si j'ai des enfants. Je lui ai répondu que non, que j'étais libre comme l'air, et là elle a écarquillé les yeux.

Entre-temps, elle semble s'être rapprochée d'un autre collègue de travail : j'avais eu l'occasion de voir qu'il la draguait, mais je ne savais pas où en était leur relation.

Puis, j'ai eu l'occasion de prendre une pause-déjeuner avec elle : nous parlons de tout et de rien, et alors que j'allais partir reprendre le travail, elle me dit qu'avec le collègue en question, ils ne sont pas en couple, et qu'il n'y a que des bisous et des câlins entre eux. Cela m'a surprit qu'elle me dise cela, d'autant que nous n'avions aucunement abordé ce sujet de près ou de loin : d'ailleurs, une fois m'avait-elle lancé cela, qu'elle a rajouté : « je ne sais pas pourquoi je te dis ça ».

Un autre jour, j'ai aussi eu l'occasion de la rencontrer à la même terrasse, cette fois-ci avec un autre collègue : peu de temps après que je m'installe à leur table (à côté du collègue qui était en face d'elle), elle a commencé à caresser ses cheveux avec la main gauche (une grosse mêche), en inclinant la tête du même côté, la main en forme de pince (un peu comme si elle voulait les lisser), de haut en bas avec une tendance à tendre la main dans ma direction, tout en me jetant de temps à autre des regards du coin de l'oeil. Ce geste a duré assez longtemps. J'ai eu l'occasion d'observer la même manière chez elle de se caresser les cheveux quelques jours plus tard, cette fois-ci directement en me voyant, au même lieu, avec d'autres collègues : elle a souri en même temps, puis a baissé la tête en gardant le sourire.

Parallèlement, elle a commencé à avoir une attitude désagréable quand je la croisais au travail (mais pas en dehors du travail). J'ai fini par lui envoyer un sms lui demandant pourquoi, elle me répond 1h30 plus tard qu'elle n'est pas vraiment en colère contre moi, mais qu'elle n'aime pas que je la sonde... Bien embêté, je lui demande si je peux l'appeler, et c'est elle qui m'appelle... A peine 30 secondes après mon message, j'avais encore le téléphone en main (cela a eu lieu entre les deux caresses de cheveux précédemment citées).
J'ai trouvé sa voix plus grave qu'à l'accoutumé, mais bon c'était la première fois que je l'avais au téléphone. Elle m'explique que je pouvais lui demandé plusieurs fois si ça allait dans une même journée, et que c'était la raison de son attitude. Ensuite elle me parle de certains de ses ex, et finit par me demander qu'est-ce qui m'avait fait pensé que je lui plaisais (je lui avais envoyé un mail pour lui dire que je pensais que c'était le cas, je passe les détails ce serait trop long), et réfutes mes arguments : la discussion aura duré une cinquantaine de minutes.

J'aurai d'autres éléments à apporter mais ce serait bien trop long. Pourrais-je avoir vos avis sur la question, s'il vous plaît ? Merci d'avance !

Re: Une histoire capilo-tractée...

MessagePublié: Dim 28/Jan/2018 14:27
par synergologue
Oui,....
Qu'attendez-vous de nous ... ?

Re: Une histoire capilo-tractée...

MessagePublié: Mer 31/Jan/2018 19:38
par Kiyomaro
Bonjour,

En fait, la femme sus-présentée me soutient qu'elle n'a jamais eu de sentiments pour moi, ni même une once d'attirance : elle va même jusqu'à dire que je la dégoûte, que je lui fais pitié et que si elle m'a demandé si j'étais marié c'était pour savoir "si un homme aussi moche pouvait trouver l'amour", je la cite.

Je m'intéresse à la synergologie (je suis psychologue clinicien de formation, orienté par la psychanalyse lacanienne), et j'aimerai savoir ce que vous pensez vous, en tant que synergologue expérimenté, de l'attitude de cette femme à mon égard, plus précisément sur le fait qu'elle a écarquillé les yeux quand je lui ai répondu que j'étais libre comme l'air, sur sa voix grave lorsque je l'ai eu au téléphone la première fois (qui l'était moins que les autres fois, elle semblait plus normale, ou sur son répondeur, qui est une voix impersonnelle... Si je vous précise ce détail, c'est que je suis tombé sur cet article https://www.sciencedaily.com/releases/2 ... 134405.htm en faisant mes recherches, parce que cela m'intriguait), ou bien sur cette manière de se caresser les cheveux.

Je sais bien que vous ne l'avez pas vu par vous-même, que c'est difficile à décrire, et qu'une vidéo serait plus simple à commenter : malheureusement je n'ai pas cela sous la main.

Pour tout vous dire, j'ai eu l'occasion de revoir cette manière de se caresser les cheveux chez une autre femme, environ un mois après les faits mentionnés : j'entrais dans le métro, une femme étais assise sur un strapontin, corps dans le sens de la marche, de profil par rapport à moi, axe de tête neutre (elle regardait droit devant elle), les mains droite et gauche posées paume à plat sur les cuisses respectives, dos droit, les voutes plantaires à plat sur le sol, jambes en équerre.

Quand je suis entré dans le métro, cette femme a tourné la tête vers moi (axe rotatif sur sa droite et sagittal vers le haut, vu que j'étais debout et elle assise) : nos regards se sont croisés quelques dixièmes de seconde, puis elle a aussitôt repositionné sa tête dans le sens de son corps (axe rotatif neutre) et baissée sa tête (axe sagittal inférieur, donc le menton qui se rapproche du cou), puis sa tête a penché sur sa gauche (axe latéral gauche), et elle s'est mise à caresser ses cheveux de la main gauche, presque comme l'autre femme qui est le sujet de mon propos, tout en me jetant des regards du coin de l'oeil de temps en temps durant toute la durée du trajet (environ 3-4 minutes, jusqu'à ce qu'elle descende à la station de sa destination), je m'étais placé sur sa droite, à environ 1,2 mètre d'elle.

Leur manière de se caresser les cheveux était très similaires, et c'est les seules fois où j'ai pu l'observer (donc deux fois chez la femme qui occupe mon esprit et une fois chez cette inconnue) : à mon avis, cela traduit un émoi positif ressenti par ces femmes envers l'homme qu'elle regarde, mais j'aimerai que des synergologues plus avertis que moi sur ces questions me donnent leur avis de professionnels sur ces gestuelles, ou éventuellement plus largement sur la situation que je m'efforce de vous décrire avec le plus de rigueur (je rajouterai que cette femme a fait du mirroring avec moi : deux sourires identiques -sourires que j'ai fait et qu'elle a reproduit et ce n'est pas un sourire qu'elle fait d'ordinaire... Ou elle m'a salué avec une voix cassé alors qu'elle ne l'était pas... la mienne si à ce moment... Ou alors je lui avais demandé d'un ton très doux comment cela allait, et elle m'a répondu sur le même ton, très doux...).

et je terminerai par le fait qu'elle m'a bloqué de son téléphone, puis de Facebook... Et m'a débloqué de FB un mois après, sans raisons sans explications (mais toujours bloqué de son téléphone). J'ai écris un mail à un de ses amis pour lui expliquer tous les éléments qui m'ont amené à penser que je lui plaisais, il me répond donc que j'ai tort et m'envoie des messages de cette femme me disant donc que je la dégoûte, lui fais pitié et qu'elle me trouvait moche... Je renvoie un mail à son ami pour expliquer qu'une femme normalement constituée ne demande pas à un homme s'il est marié parce qu'elle pense qu'il est trop moche pour trouver l'amour (j'ai même demandé à plusieurs femmes de mon entourage, toutes unanime pour dire qu'elles ne le feraient pas pour cette raison et que c'est malsain), et deux semaines après, son ami m'appelle... Pour que je parle avec cette femme pour qu'elle m'explique que j'ai tort, pourquoi j'ai tort... Il me dit que cela va prendre cinq minutes, et elle est restée plus de DEUX heures à m'expliquer pourquoi je me trompais, tout en répétant que je la dégoûtais (elle l'a dit calmement), que j'avais un look ringard... Et en me disant aussi qu'elle regarde des films porno... Et je lui ai demandé sa position préférée... Elle m'a répondu la levrette... Puis elle a fini par quitter la conversation brutalement, sans rien dire ni expliquer, et c'est son ami qui m'a dit qu'elle devait partir et finalement j'ai discuté avec lui.

J'ai prévenu que cette histoire était capillo-tractée, mais voilà, c'est ce qui s'est passé, en tout cas j'essaye de vous le décrire au plus près... Je suis ouvert à toutes réflexions, mais si vous voulez rigoureusement vous restreindre à l'aspect synergologique de la question, je comprend tout à fait. Merci encore !

Re: Une histoire capilo-tractée...

MessagePublié: Sam 10/Fév/2018 22:50
par synergologue
Lorsque un être humain entre en communication avec un autre, il y a toujours un moment où même si l'autre ne lui plait pas, il peut se laisser aller à davantage d'humanité. Il y a toujours un moment où des gestes que l'on pourrait prendre pour des gestes de séduction sont adressés à l'autre, simplement parce qu'échanger c'est aussi être présent à la relation.
Tous les gestes de main dans les cheveux ne sont pas tous des gestes de séduction, et la personne qui vous regarde dans le métro peut aussi le faire parce qu'elle se sent regardée, observée, et cherche à savoir si l'autre a détourné son regard d'elle ou non...
Il ne faut pas non plus négliger des gestes très chargés de violence symbolique comme celui par exemple de bloquer son téléphone, et négliger l'environnement verbal de la communication. Si les mots proférés par l'autre à votre endroit sont durs, ils sont durs...

Alors ici, il est impossible de vous dire qu'un second niveau de communication contredirait le premier à partir de ce que vous proposez comme éléments de discours. Malheureusement.
De plus vous conviendrez qu'il serait plus que tendancieux d'essayer de faire de la synergologie ici...
Mais en l'occurrence c'est vous le psy, et vous savez tout ça. Non ?